news2

Le 5 juillet prochain, BarjoXtrem ouvrira ses portes à Vernaison dans la banlieue de Lyon. Ce parcours permanent de course à obstacles sera un pionniers en France. Le principe est simple : offrir un lieu pour se dépasser, se challenger entre amis et peut être même, dans le futur, s’entraîner.

Tout au long de cet été, de nombreuses animations sont organisées.

Deux circuits seront proposés : un « rouge » exigeant avec de belles pentes et un « bleu » faisant la part belle à la boue. J’ai eu la chance de tester, en avant-première, ce site.

Le test
Mardi 30 juin, 12h25.

Entre deux réunions, je troque ma chemise et mon pantalon pour ma tenue de coureur à obstacles. En ce jour de canicule, Richard et Sébastien m’attendent pour me faire découvrir leur projet « BarjoXtrem ».

Les hostilités commencent rapidement. Après une trentaine de mètres, je dévale le pentaglisse avant d’atterrir dans une mare de boue argileuse. Me voilà déjà rafraichi et prêt à affronter ce parcours « rouge ». Richard qui m’accompagne me guide vers des barrières à franchir, en alternance, par dessous et par dessus. Ce classique permet à mes articulations de se chauffer en douceur.
Le troisième obstacle est plus surprenant : un labyrinthe à franchir à genoux. Je me perds dans le dédale avant de sortir pour enchaîner sur trois palissades à franchir et un porté de pneu. Je n’ai pas encore couru trois cent mètres et déjà les sensations sont bonnes. La suite s’annoncent plus dure. Derrière le pan inversé que je franchis en deux fois m’attends ce que les organisateurs appellent « la montagne ».

Les montées sont courtes mais sèches. Les trente-six degrés se font sentir. Une corde m’aide à descendre la pente et j’enchaine sur une nouvelle côte qui me mène sur un filet à escalader.
Une toile d’araignée très dense m’attend désormais. Quatre cent mètres d’élastique ont été utilisé et ça se voit ! Derrière ce passage ludique m’attend une courte mais âpre montée en rampant.
Puis c’est la descente. Tous les obstacles ne sont pas encore installés mais déjà le parcours me fait vraiment chauffer. Ce parcours rouge est court : moins de deux kilomètres mais très dense et intense.
Richard et moi enchainons sur le parcours « bleu » et passons une nouvelle fois dans le rafraîchissant toboggan. Cette fois le tracé nous emmène dans une partie plus boisée et plus boueuse. Poutre, corde dans la boue, remontée de ruisseau et rampé s’enchainent à bonne allure. Le parcours est plus simple au niveau de la course mais les obstacles n’en sont pas moins exigeants.

L’heure tourne et j’arrête là mon test. Le jet d’eau fraiche me fait le plus grand bien avant de retourner au travail.
L’avis
Parcours sélectif, obstacles denses et bien construits, je n’ai vu qu’un aperçu de ce que va être la version finale de Barjoxtrem mais je suis conquis. L’expérience de ces passionnés de course à obstacles se sent. Accessible facilement en bus ou en train, le lieu a beaucoup de potentiel et est très bien placé à une quinzaine de kilomètres de Lyon.

Certes, les obstacles de bras de type Monkey Bars manquent encore mais c’est dans les plans des organisateurs qui veulent encore densifier le nombre d’épreuves. Ce premier parcours permanent de course à obstacles semble donc promis à un bel avenir.

Source : http://obstacle.fr/barjoxtrem-preview/